Faerie Dianimo alias Maggie May

© Tess Anderson
© Jenni Autry/Eventing Nation
© Lorraine O’Sullivan Photography

Faerie Dianimo, aussi surnommée Maggie May, est une petite jument British Sport Horse gris truité d’1m62, 1m63 – tout dépend de la surface sur laquelle elle se trouve 😉 – par Keystone Dimaggio et Faerie Dazzler (Catherston Dazzler). Faerie Dazzler est un produit de Mudlark, mère souche de l’élevage de Trisha Rickards, par Ben Faerie, d’où le préfixe Faerie. Maggie May est née en Angleterre à Brockenhurst Park dans le district de New Forest dans le Hampshire, où elle retourne à chaque vacance. Faerie Dazzler, sa mère, est sortie en complet sous la selle du cavalier australien David Green jusqu’au niveau 4 étoiles mais elle est tombée sur l’obstacle du Leaf Pit Drop à Burghley quand elle a soudainement décidé d’essayer de faire demi-tour pendant son saut ! Sa fille est beaucoup plus courageuse…  Trisha Rickards avait pour idée de produire pour Jacky Green un cheval de dressage, d’où le choix de Dimaggio. Faerie Dianimo alias Maggie May est donc arrivée à l’âge de 4 ans chez Jacky où elle a été confiée à la cavalière de dressage maison, Angela Mace, pour qu’elle la teste. Elle s’est avérée parfaite parce que de petite taille, très belle, avec de très belles allures… mais qu’est-ce qu’elle était coquine ! Angela, bien plus courageuse que Jacky, a persévéré bien que Maggie May la fasse tomber tous les jours. Elle a fait un super boulot avec elle jusqu’à lui faire gagner les finales des 5 ans du Burghley Young Event Horse.

A la fin de sa 5e année ça sautait aux yeux que Maggie May avait un talent certain. Jacky a donc annoncé à Trisha qu’il fallait lui trouver un cavalier professionnel parce qu’elle était à la fois très consciencieuse mais aussi très vilaine ! Jacky a ainsi suggéré Jonelle Price et depuis, aucun autre cavalier ne l’a montée en concours – sauf une fois parce que Jonelle s’était cassé le poignet, Tim son mari est sorti en dressage avec Maggie May sur un 2* à Barbury. Mais elle a tellement détesté ses longues jambes qu’elle a explosé les scores – en négatif ! Fin de l’histoire !
Tacante a eu l’immense plaisir d’interviewer Faerie Dianimo alias Maggie May, par l’intermédiaire de sa marraine Jacky Green qu’on ne peut plus arrêter quand il s’agit de sa protégée !
D’où vient ton nom ?
Faerie est le préfixe de l’élevage… on dit que c’est à cause de l’étalon Ben Faerie mais pour ma part je préfère me dire que ça vient du fameux poème d’Edmund Spenser “The Faerie Queene” (La Reine des Fées) parce que c’est tout moi. Et oui, on m’appelle également La Princesse. Maggie May est le nom que l’on m’a donné petite, parfois Jonelle m’appelle même Magda, ce que je déteste !
Où vis-tu ? Décris-nous ton écurie.
Quand je travaille j’habite à Mere Farm dans le Wiltshire et pendant les vacances je file à Brockenhurst Park. Les deux endroits sont très beaux. Il y a de superbes paddocks, ce qui me convient parfaitement car j’ai horreur de vivre enfermée dans une écurie, c’est bien trop étroit pour moi.
Quelles sont tes relations avec tes voisins de boxe ?
En fait, je n’ai pas beaucoup de copains à l’écurie. Ceci dit j’arrive à supporter Classic Moet à petites doses. Elle est très ordinaire et c’est une véritable garce mais j’admire son éthique de travail. Ma meilleure amie à Mere est le poney d’Annabel Brown au nom très approprié de Queenie. J’ai insisté pour qu’elle voyage avec moi à Luhmühlen cette année car personne ne veut de moi dans son camion, je tape trop et personne d’autre ne s’est porté volontaire pour m’accompagner parce que je dois partir deux jours plus tôt que les autres. A Brockenhurst Park j’habite avec ma mère, ce qui est plutôt cool, même si elle radote que c’était beaucoup plus difficile de son temps et pourtant elle n’a aucune idée de ce qu’est une triple brosse !
Qu’apprécies-tu le plus chez ta cavalière ?
Ce que j’adore chez Jonelle, c’est qu’elle me laisse repousser les limites. Elle sait qu’il est hors de question que je danse sur une piste sans audience donc elle serre les dents et supporte ma reprise de dressage freestyle où j’improvise mes propres figures. Je lui ai expliqué il y a longtemps que, dans ces moments là, c’est moi qui décide et pas elle. Et ça, ça la rend dingue !
Quelle est ta plus grande qualité ?
Mon meilleur atout est mon geste de devant. Je peux remonter mes pieds le long de mes oreilles et j’aime trop faire ça. Je suis peut-être une Princesse mais je suis une véritable dure à cuire. Je suis capable de me dépasser quand il le faut.
Quels sont ton principal défaut et ta plus grosse bêtise ?
Mon plus gros défaut c’est que j’adore la ramener. Plus il y a de monde et mieux c’est… plus le carré est grand et plus j’adore. Il y a autre chose aussi, je ne voyage pas bien. J’ai un côté malicieux et l’un de mes moment préférés est quand j’avais 4 ans, on m’a envoyée travailler chez Tim Price parce que je m’étais découvert un talent pour ruer et me cabrer. J’ai donc passé une semaine à Mere où je me suis comportée comme un ange. Tim m’a donc ramenée à Maizey Manor, il a demandé à Angela de me seller et de m’amener dans le manège pour qu’il lui montre comme j’étais devenue docile. Tim est monté en selle et je l’ai aussitôt redéposer sur le montoir, et ça me fait encore rire maintenant.
Quel est ton péché mignon ? As-tu des caprices de star ?
Les polos évidemment – vous savez les bonbons à la menthe avec le trou au milieu ! Je fais une fixation sur mon poids et j’aime rester mince quand je travaille mais j’avoue avoir un faible pour un paquet de polos, donnés un à un, de préférence sous le nez de Cloud Dancer qui salive abondamment en me regardant les déguster lentement.
Est-ce que je me prends pour une diva ? Moi ??!!! Toujours !!!
Quelle est ta couleur préférée ?
J’adore le noir car c’est la couleur de mon équipe mais j’aime aussi le bleu layette de Jonelle qu’elle porte sur le cross car il met en valeur ma robe.
Quel est le rêve de ta vie ?
On a loupé la médaille d’or par équipe de si peu à Rio que ça me hante encore et mon rêve est de corriger ça à Tokyo !
Quelle est ton activité préférée ?
Mon activité préférée c’est évidemment le cross et il n’existe pas encore d’obstacle que je ne puisse pas sauter. Je prends les chemins les plus courts, je ne m’arrête pas et je ne m’élance jamais à moitié. Mes deux seules erreurs dans toute mon expérience en cross sont une baignade au CIC* de Hambleden quand j’ai fait une erreur de jugement dans le timing de sortie de mon train d’atterrissage (d’où ma superbe technique sur l’eau depuis) et une chute sur une table au CCI 3* de Saumur quand j’avais 8 ans et que j’étais malade comme un chien. J’avais bien essayé de le faire comprendre à Jonelle en étant très silencieuse et obéissante mais elle a cru qu’elle m’avait domptée. C’est un petit tour que j’utilise encore… maintenant si je ne dis rien et que je suis docile, c’est la panique à bord !
Quel est ton petit bonheur de la vie ?
Gagner me rend heureuse. Particulièrement quand je regarde les résultats et que je vois toute une série de mecs derrière moi.
Que détestes-tu par dessus tout ?
S’il y a un truc que je n’aime vraiment pas ce sont les chevaux de couleur et les poneys avec du poil aux pattes. Et je n’aime pas non plus que l’on me dicte quoi faire sur le plat. Et je déteste les mauvaises manières car même si je suis très snobe j’ai de très bonnes manières et tout le monde m’adore sur le terrain.
Quel est ton meilleur souvenir ?
J’ai pleins de bons souvenirs mais gagner Luhmühlen en juin dernier arrive quand même en tête. J’avais fini deuxième en 2015 à 0,01 point du premier et ça m’avait mise dans une rage ! Je suis également très fière de mon fils, Faerie Deodoro, qui est né par mère porteuse parce que je suis bien trop chic pour pousser et puis de toute façon j’étais bien trop occupée avec les Jeux Olympiques de Rio quand il est né. Je pense qu’il va faire de grandes choses.
Quel est ton état d’esprit du moment ?
Là maintenant je me sens super bien. Je passe du bon temps à Brockenhurst Park et j’adore le soleil donc cette canicule me convient parfaitement.
Quelle est ta devise ?
Je n’ai pas vraiment de devise, je change d’avis tout le temps et ça me permet de garder Jonelle concentrée en permanence.
Comment avoir de tes nouvelles ?
Vous pouvez avoir de mes nouvelles et de tous mes copains sur le site de Tim et Jonelle qui est tenu par Jacky Green. J’ai un petit faible pour Jacks car j’ai été élevée pour elle, mais passer ma vie à faire des cercles ce n’est pas pour moi. Pour Jacks je ne fais jamais rien de mal ce qui rend Jonelle folle aussi car même si je fais une mauvaise reprise de dressage Jacks rigole et dit que je dois me sentir bien.
Découvrez d’autres personnalités du complet : Mr Bass ou Upsilon
Delphine

By Delphine

Le développement durable c'est mon dada et je suis heureuse de partager avec vous mes inspirations éco-responsables pour faire de l'équitation un sport plus respectueux de l'environnement !

Répondre

Il ne sera pas publié

 

PERSONNALISEZ VOTRE TAPIS DE SELLE TACANTE !

Cliquez ici