Equitation et Tradition

Combien d’entre nous savent que l’équitation de tradition française, que nous détaillerons ci-après, a été inscrite le 27 novembre 2011 sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO ? Cette forme d’équitation, bien particulière, est donc considérée comme nécessitant des mesures de sauvegarde urgentes pour assurer leur transmission, alors même qu’elle est le fruit d’une longue tradition française et que de nombreux maîtres se sont succédés pour s’en faire la voix.

Mais qu’est-ce donc que l’équitation de tradition française ? Cette forme d’équitation trouve ses racines à la Renaissance, et s’inspire de l’élégance des spectacles équestres, quand auparavant on n’apprenait à monter à cheval que pour pouvoir chasser ou guerroyer. Après la Révolution, on crée une école d’équitation basée sur cette recherche d’élégance et cette démarche artistique, c’est la naissance de l’Ecole de Cavalerie de Saumur, qui existe encore aujourd’hui. De nombreux maîtres apportent ensuite leur pierre à cette équitation particulière, parmi eux François Robichon de La Guérinière, François Baucher, Alexis L’Hotte, et plus récemment Nuno Oliveira, Michel Henriquet, Patrice Franchet d’Espérey et Philippe Karl.

QUANT A _Ecuries de l'Orée
QUANT A_Equitation et Tradition

Cette équitation est-elle si différente de celle qui est enseignée aujourd’hui dans les nombreux centres équestres modernes ? Oui, assurément, puisqu’elle se définit comme une recherche constante d’harmonie poussée à l’extrême entre le cheval et son cavalier, grâce à l’absence de coercition et de contraction chez le cheval et une discrétion dans l’utilisation des aides chez le cavalier. On comprend donc pourquoi le concept de légèreté est lié à cette forme d’équitation, puisqu’il en est le fruit. L’absence de tension chez le cheval le rend naturellement plus réactif aux demandes de son cavalier, qui ne lui indique plus sa volonté que par des mouvements à peine esquissés et souvent invisibles à l’œil nu. Pour celui qui regarde, le spectacle est splendide puisque l’harmonie entre le cavalier et sa monture rayonne. Quant à l’heureux cavalier qui parvient à la légèreté, la sensation de ne faire qu’un avec son cheval est alors poussée à son paroxysme. Effectivement, nous comprenons que nous sommes loin de l’équitation trop souvent pratiquée dans certains centres équestres, où l’on voit souvent de malheureux élèves exagérant à l’extrême les gestes demandés par les enseignants sur des chevaux blasés et encapuchonnés dans des enrênements coercitifs…

Heureux celui, qui comme Ulysse…. a rencontré dans son parcours équestre un défenseur de l’équitation de tradition française, et touché du doigt l’émotion dévoilée par ces sensations.

Stéphanie de Forges

By Stéphanie de Forges

Enfant, je m'échappais de la vie citadine pour aller sillonner les allées forestières sur le dos de mon poney. Aujourd'hui adulte, habitant en Normandie, je m'efforce de transmettre à mes enfants mon amour pour les chevaux. Je suis passionnée par le dressage de tradition française, qui donne à la notion de légèreté une place centrale.

Répondre

Il ne sera pas publié

 

PERSONNALISEZ VOTRE TAPIS DE SELLE TACANTE !

Cliquez ici