La Traversée Alternative

L’équipe de Tacante soutient un projet qui lui tient à coeur, une aventure en lien avec le développement durable, la nature, l’économie circulaire et le zéro-déchet!
 
Alexandrine et Camille sont étudiantes et ont fondé l’association Chevaux, Hommes et Territoires. Elles ont crée un projet : La Traversée Alternative visant à sillonner les routes d’Ardèche et des Cévennes à cheval. Elles y rencontreront des acteurs du développement durable, sensibles à la transition écologique.
 
Elles publieront les étapes de leur parcours sur leurs réseaux sociaux et clôtureront leur traversée par des conférences et une exposition photo.
 
Elles comptent donner de la visibilité aux territoires ruraux et aux initiatives écologiques à leurs échelles. Elles souhaitent également mettre en avant la nature, la diversité et le plaisir de voyager à cheval en tant que cavalières éco-responsables.
 
Nous sommes heureux de participer à un projet équestre qui s’inscrit complètement dans notre démarche éco-responsable. Alexandrine et Camille seront équipées de tapis de selle et de vestes Tacante pour ce voyage !
 
On vous laisse regarder la présentation de leur projet !

 

Suivez  leur parcours sur une carte en cliquant ICI.
 
Nous vous tiendrons informés de leur parcours et de leurs rencontres sur cette page !
Retrouvez-les sur leurs réseaux : site internet , Facebook et Instagram.
 

SEMAINE 1 : CIRCUIT-COURT, AGROECOLOGIE ET PERMACULTURE 

 
Les filles sont parties à l’aventure depuis 1 semaine maintenant !
 
Elles se dirigent vers les Crètes du Pilat. Chevaux et cavalières commencent à tisser un lien fort ! Cette traversée a débuté par la rencontre de David Chataignon qui gère une ferme en polyculture élevage, engagée dans des pratiques d’ agriculture paysanne et autonome. Il est acteur du circuit court, ses produits sont vendus à quelques kilomètres de chez lui !
 

Elles ont ensuite fait un arrêt au Centre Agroécologique de La Rivoire , un collectif qui a pour but de préserver la biodiversité, en produisant respectueusement et en sensibilisant aux enjeux écologiques.

Ainsi, Philippe, architecte paysagiste , et sa compagne ont créé une pépinière de plantes locales bénéficiant d’un label national afin de les réintroduire dans la nature.

Sylvain et Michel encadrent quant à eux des formations de grimpe d’arbre. Ils accompagnent des groupes pour la grimpe sans pour autant endommager la nature. Leur but est de sensibiliser au respect des arbres et mettre en avant leur statut d’être.

Cédric lui, paysan boulanger réalise son pain de A à Z  allant jusqu’à cultiver ses propres céréales.

Après une journée bien chargée, dîner dans une yourte aux côtés de Julien Ingrid et Guillaume, maraîchers adeptes des principes de la permaculture et Alexandra, la compagne de Guillaume. Alexandra  gère des chambres d’hôtes responsables (chauffage à bois, douche solaire, toilettes sèches, produits des agriculteurs)!

SEMAINE 2 : AUTONOMIE, LAINE ET MAS

La deuxième semaine de cette aventure équestre a débuté par de longues étapes. La première s’est faite à travers les magnifique paysages entre l’Ardèche Verte et le Mont Mezenc, le plus haut sommet du massif.

Sur le chemin, les filles ont fait une halte à St Félicien chez Camille et Manu. Gérants de chambres d’hôtes, ils privilégient un mode de vie plus simple qui tend vers la décroissance.
Elles ont également rencontré Antoine et Magalie, boulangers-paysans. Ils possèdent la ferme de Tisseron où ils produisent leur blé et travaillent la terre. Ils élèvent un troupeau de 50 brebis Raïoles et de 6 vaches allaitantes. Leur ferme est donc bio et en totale autonomie!

Les conditions météo n’étaient pas au beau fixe mais la vue valait le détour! (voir photos ci-dessous)
La pluie et la Burle, ce vent fort et froid spécifique à l’est du Massif Central, n’ont pas pour autant entaché le moral des 5 aventuriers ! Le Mont et le plateau du Gerbier de Jonc, source de la Loire, sont finalement apparus à travers le brouillard.

La cinquième rencontre a eu lieu à la coopérative Ardelaine qui a pour but de restructurer la filière laine en récupérant celle qui était traditionnellement jetée par les éleveurs. Plus de 60 personnes travaillent à la tonte des moutons et à la commercialisation des produits faits-mains (matelas, couettes, vêtements). La laine est traitée avec des procédés respectueux de l’environnement comme la laverie écologique : nettoyage de la laine brute. Ardelaine valorise la laine et les territoires de la région à travers la création du musée de la laine, d’un café-librairie, d’un restaurant et d’une conserverie attirant touristes et locaux ! Sa création a même contribué à la conservation des services publics du village de Saint Pierreville !

Le voyage a ensuite repris avec quelques difficultés dans les chemins étroits entre Aubenas et Antraigues, deux communes ardéchoises. Le terrain rocailleux a obligé notre équipe à faire demi-tour pour emprunter la départementale vers la vallée de la Volane, affluent de l’Ardèche.
Heureusement, le soleil et la chaleur sont revenus en descendant vers le Sud !

Toute l’équipe se repose maintenant au Hameau du Viel Audon, un centre d’éducation et de formation à l’environnement, au développement territorial et à la coopération. Des stages et des séjours éducatifs sont proposés afin de restaurer le mas selon les méthodes traditionnelles ou encore de découvrir les modes de consommation et de production à petite échelle .

SEMAINE 3 : RECYCLAGE, ENTRAIDE ET HARMONIE

L’équipe avance maintenant à grands pas même si les obstacles restent nombreux. Après les chemins rocailleux, la neige et le vent fort, Alexandrine et Camille ont dû faire face à quelques arbres couchés sur le chemin entre Saint-Pierreville et Antraigues-sur-Volane. Elles ont finalement réussi à les déplacer pour aller admirer les jeunes volcans d’Ardèche et se rendre à Antraigues, un petit village perché sur la roche.

Après une nuit chez Bruno et Aude-Cécile, deux habitants de la région, les filles sont allées à la rencontre de Cédric, fondateur d’Huilétic

Cette association a pour objectif de lutter contre le rejet dans la nature des huiles alimentaires usagées (HAU), très polluantes pour l’environnement. Ainsi, Huilétic fait le tour des restaurants dans un rayon de 150km pour récupérer ces huiles et les revendre à des industriels qui les transforment en biocarburant !

Cédric compte également transformer cette huile usagée en huile dite « filante » pour les tronçonneuses et autres matériels agricoles. L’huile habituellement utilisée pollue les nappes phréatiques, il est donc urgent d’employer une huile végétale et biodégradable !

Les cinq acolytes ont repris la route sous la pluie à travers les vignobles du Piémont ardéchois, laissant derrière eux les paysages volcaniques. Une fois arrivées dans le Cévennes, elles ont fait la rencontre de Thierry et Martina à Bessèges, ancienne ville de l’industrie minière. Fondateurs du Collectif Créatif du Castellas, ils prônent l’entraide et le partage. Ils accueillent ceux qui osent créer et changer leur mode de vie à travers un fablab pour réfléchir ensemble aux alternatives de demain.

Puis c’est déja reparti, direction le Parc des Cévennes à travers les forêts de pins. Les filles ont pu profiter des magnifiques paysages entre le mont Lozère, le mont Bison et le mont Aigoual. A l’arrivée, le Causse Méjean les attend, un immense plateau calcaire qui semble tout droit sorti d’une autre planète !

Avant de reprendre la route, petite halte chez l’habitant pour Alexandrine et Camille qui ont été accueillies par Elise et Guilhem au coeur du parc naturel de la région.

Ensemble, ils ont crée : Philosophie Permaculture : Accueillir tout ceux qui s’interrogent sur notre rapport à la nature. Les filles y ont fait la connaissance d’un sympathique troupeau de brebis Raïoles. Si vous cherchez la réponse à la question « Comment vivre en harmonie avec la nature  ? », il semblerait que la réponse se trouve chez Elise et Guilhem! On se retrouve très vite pour la suite de la Traversée Alternative !

Une petite vidéo récapitulative de leur parcours !

SEMAINE 4 : PAYSAGE LUNAIRE, PRZEWALSKI ET MOULINS

Après une halte au coeur du parc naturel, toute l’équipe est repartie vers les grandes étendues du Causse Méjean. Le terrain y est abrupte et érodé par les vents mais rien ne semble arrêter les 5 compagnons !

Avec 2 habitants au km2, le Causse et ses falaises sont un monde à part et silencieux où se ressourcer. Alexandrine et Camille ont tout de même fait des rencontres et partagé un repas près du feu avec Xavier, producteur de miel/confitures et Denis, photographe.

Ces landes calcaires abritent le dernier cheval sauvage, le Przewalski.  L’association TAKH (cheval en mongol) travaille à la préservation de la biodiversité en réinsérant ces chevaux qui n’étaient plus présents que dans les zoos.

Ils sont ainsi remis en liberté dans le Causse pour les réhabituer à l’état sauvage et les réintroduire par la suite en Mongolie

Malgré son aspect désertique le Causse Méjean regorge de ressources. Ce territoire, autrefois appelé le Grenier à blé de la Lozère, disposait de nombreux moulins. Les filles se sont donc rendues au Moulin de la Borie qui a été reconstruit par les Caussenards !

Après la Révolution Industrielle, la culture de céréales s’est perdue mais c’était sans compter sur les habitants de la région qui s’échinent à faire revivre ce territoire et son savoir-faire !

Thierry, meunier, est venu s’installer en Causse pour participer à cette aventure authentique. Les bergers proposent également une partie de leurs terrains pour les cultures tandis que les boulangers apprennent à travailler des farines anciennes dont la Méjeannette.

Les Gorges du Tarn sont la prochaine étape pour atteindre un autre Causse, celui de SauveretteO

SEMAINE 5 : MARÉCHAL, MIEL ET VACHE

La cinquième semaine de l’aventure a débuté sur les plateaux de l’Aubrac. Le quintette a emprunté le chemin de Saint Guilhem, route de pèlerinage classée au patrimoine mondial de l’Unesco.
Elles y ont d’ailleurs croisé de nombreux pèlerins intrigués par un tel cortège !

Le vent et la pluie du Causse Méjéan ont laissé place à un magnifique soleil qui leur a (enfin) permis d’admirer les plaines voisines !

À chaque semaine, son aléa ! Les fers des chevaux ont commencé à bouger après ces 4 semaines de traversée. Les filles ont donc changé les clous des postérieurs de Saro et Mouski grâce à leurs compétences en maréchalerie apprises juste avant leur départ ! 

Après tous ces efforts, Camille a fêté ses 23 ans autour d’un aligot, plat typique de la région ! 

L’équipe est ensuite arrivée à Aumin-Aubrac où les chevaux ont pu se reposer car Alexandrine et Camille ont décidé de se rendre à vélo au Ruchers de l’Aubrac. Ils y ont fait la connaissance de Cécile qui travaille au recensement des richesses et du patrimoine bâti de Lozère et de son mari, Aurélien, apiculteur et éleveur de vaches Aubrac.

Les abeilles sont menacées par les changements climatiques, la prédation et les pesticides. Toutefois, un autre problème se pose : l’absence de concertation entre les apiculteurs et les agriculteurs. En effet, la fauche précoce empêchent les abeilles de polliniser les fleurs de champs.

Ainsi, Aurélien fait coïncider ses récoltes avec les besoins de ses abeilles ! Il est également membre d’un magasin de producteurs visant à réinstaurer un lien avec le consommateur grâce à des produits de qualité et en vente directe. 

Il a même crée une gamme de cosmétiques à base de miel et de produits de La Réunion aux cotés de Cécile, originaire de l’île ! Superbe idée !

Après cette belle rencontre, elles ont repris la route vers le Puy en Velay à travers la Margeride, région montagneuse du Massif Central. Elles se sont arrêtées chez Alain et Véronique qui élèvent des Aubrac et gèrent une chambre et table d’hôtes.

Alain se consacre à un élevage biologique, La Chaumette, et la vente en direct de ses produits ! Après avoir découvert l’élevage respectueux des bêtes, le duo de cavalières a partagé un repas du terroir avec les pèlerins du chemin de Saint Jacques de Compostelle

Enfin, toute l’équipe a repris la route vers le Sauvage, une ancienne ferme devenue un gîte pour les pèlerins. 28 agriculteurs se relaient pour y servir matin, midi et soir leurs productions !

On se retrouve très vite pour la suite de la Traversée Alternative !

SEMAINE 6 : BIO, ARCHITECTURE ET FERRURE

Les cinq acolytes ont continué leur traversée à travers la Margeride en passant par Saint Alban, ville qui a connu les attaques de la bête dévorante du Gevaudan

Alexandrine et Camille ont passé une nuit chez Pierre et Karine, fondateurs du Gaec de la Rochère. Le couple a plusieurs casquettes : apiculteurs, éleveurs de vaches laitières et producteurs de céréales, d’huile et de farine. Mais c’est avant tout le bio qui est à l’honneur dans l’exploitation ! Suite de graves problèmes de santé liés aux pesticides, ils ont décidé d’apporter leur contribution à la production durable et respectueuse de l’homme et de la nature. Pierre et Karine démontrent qu’il n’est pas nécessaire d’avoir recours à des substances toxiques pour répondre à nos besoins.

Avec une utilisation de plus en plus fréquente des pesticides en France, il devient urgent de prendre conscience des alternatives existantes pour des cultures responsables comme :
Les circuits courts qui garantissent la qualité à l’acheteur et un bénéfice au producteur.
L’agriculture intégrée avec l’utilisation de répulsifs naturels et l’association de plantes bénéfiques les unes pour les autres.

Respectez la nature, elle vous le rendra.

Toute l’équipe est ensuite arrivée au Puy-en-Velay après 700 kilomètres sur les routes d’Ardèche !

Elles y ont rencontré Alexis Monjauze et Yann dans leur atelier d’architecture ECO-ARCHITECTE. Ils s’intéressent au logement de demain afin de lutter contre les constructions conventionnelles très polluantes. Basés sur les principes de l’éco-conception, les bâtiments sont construits à partir de matériaux durables, performants et économes sur des terrains adaptés (sols, exposition, faune et flore).

L’éco-conception est une problématique qui touche tous les secteurs. Les biens, les produits et les processus sont concernés et de nombreuses améliorations sont possibles et soutenues par l’Etat et l’ADEME. Il faut repenser les cycles de vie pour diminuer notre consommation et ainsi générer un véritable impact économique, sociétal et environnemental.
Chez Tacante, nous engageons à développer des produits durables, recyclables et de ce fait de qualité afin réduire notre empreinte sur la planète.

Nous nous investissons dans la création d’équipements durable pour le cheval et le cavalier.

La semaine dernière, Alexandrine et Camille avaient remis les fers des chevaux en place mais celui de Saro s’est fendu ! Une journée chez un maréchal s’est donc imposée pour continuer le périple en toute sécurité.

Elles sont ensuite parties pour passer la nuit à Chaise-Dieu, au sein de son Abbaye Bénédictine du 11ème siècle. Les cinq voyageurs ne vont pas tarder à arriver dans le Livradois maintenant ! On se retrouve très vite pour la suite de la Traversée Alternative !

SEMAINE 7 : SOLAIRE, MAGASIN CITOYEN ET ZÉRO-DÉCHET

L’équipe est bien arrivée dans le Livradois et est maintenant entourée par les magnifiques paysages entre la Chaine des Puys, les Monts du Sancy et du Cantal

Sur ces terres, Alexandrine et Camille ont rencontré les bénévoles de la très jeune association Toi et Toits qui militent pour la transition écologique. Leur objectif est d’installer des panneaux solaires sur les toits afin d’alimenter le territoire en utilisant une ressource durable qui représente actuellement 16,8% de la production d’énergies renouvelables en France aux cotés de l’hydraulique, de l’éolien et des bioénergies. Une part encore trop faible mais qui ne cesse de croître !

Après une pause de deux nuits au centre équestre de la Bride des Fougères, l’équipe a rendu visite au Magasin Citoyen l’Alternateur. Après la fermeture des commerces les uns après les autres à Sauxillanges, les citoyens-bénévoles ont décidé de créer le leur ! Ils y proposent des produits bio issus du circuit-court, des ateliers créatifs ou encore du troc de vêtements !

En plus de créer du lien entre les habitants, ces alternatives aux commerces traditionnels sont en plein essor et permettent une diminution de l’impact carbone, des pesticides et une consommation adaptée aux contraintes des terres agricoles ! Il ne faut plus attendre pour s’interroger sur nos modes de production et de consommation !

C’est le thème du « zéro-déchet » qui les attendait ensuite avec Noémie, fondatrice de Créakai. Elle fait à la main des couches lavables pour bébé, des produits d’hygiènes féminines et de cuisines durables et réutilisables ! Les matériaux sont locaux afin de diminuer au maximum l’impact environnemental de sa production. 
Un bel exemple de fabrication « zéro-déchet » qui vient agrandir la famille des entreprises responsables ! 

La fin du périple approche à grands pas ! Maintenant dans le Forez et les Hautes de Chaumes, les cinq compagnons arrivent dans une semaine à Lyon.

SEMAINE 8 : FIN…

Nouvelle semaine, nouvelle difficulté ! Et cette fois-ci c’était la chaleur étouffante qui a touché la France ! Le réveil a sonné à 4h pour l’équipe afin de partir avant que les températures ne montent trop. L’après-midi, un peu de repos à l’ombre était de rigueur !

Pendant que les filles profitaient d’une rivière pour ce rafraîchir, Mousky, Saro et Kiri ont fait la connaissance de Paint et Quarter Horses, ces chevaux sprinters américains utilisés par les cow-boys pour mener le bétail.

Le groupe est ensuite arrivé sur les Monts d’Or, au nord-ouest de Lyon, là où leur aventure a pris fin…

Toute l’équipe Tacante tient à remercier Alexandrine et Camille pour cette aventure équestre, humaine et éco-responsable. De rencontres en rencontres, elles ont mis en avant la générosité et les convictions fortes d’acteurs du développement durable et de la transition écologique.

Les nouveaux modes de vie et de pensées découverts au cours de ce périple ont encore montré la nécessité de repenser les nôtres et de participer à cette transition écologique. Il devient urgent d’optimiser notre utilisation des ressources naturelles et penser à notre impact sur l’environnement avant même de produire ou consommer. ntre recyclage, zéro-déchet, énergies renouvelables, bio et bien plus encore, vous avez le choix pour agir à votre échelle !

Même si la Traversée Alternative est finie, l’aventure éco-responsable continue ! Alexandrine et Camille vous prépare un film et un récit complet de leurs aventures !

Même si la Traversée Alternative est finie, d’autres informations sont à venir !

 

By Florent Polvé

Passionné d'équitation et investi pour un monde plus durable, c'est avec une grande motivation que je participe à l'aventure Tacante !

Répondre

Il ne sera pas publié

 

PERSONNALISEZ VOTRE TAPIS DE SELLE TACANTE !

Cliquez ici